Le blog






https://hexaprog.com/media/cache/resolve/carrousel_img/uploads/news/201609161246doser-investissement.jpg

Comment bien doser son investissement ?


Découvrez les différentes étapes d'investissement en fonction de votre avancée dans la vie...


En France, l’immobilier représente le seul placement sûr, permettant la constitution d’un capital avec effet de levier. Vous trouverez dans cet article les conseils par période. Cela relève du sensationnel, il est désormais possible de se lancer dans un endettement sur une période de 20 ans avec un taux de 1.51 %. Les nouvelles fiscalités mises en place incitent les Français à investir dans l’immobilier. La situation actuelle est si alléchante qu’en fin mars 2016, le nombre de Français qui ont décidé de se lancer dans l’investissement immobilier a connu une hausse de l’ordre de 17.2 % par rapport à 2015. Toutefois, les experts tels que Christophe Chaillet préfèrent mettre la population française en garde. Selon ce responsable de l’ingénierie patrimoniale, être propriétaire d’un bien immobilier, c’est une bonne décision. Toutefois, en avoir trop est déconseillé. Quel est le bon dosage dans ce cas ? Voici les réponses âge par âge.

A 30 ans, on se lance dans l’achat

Selon Christophe Chaillet, « avoir un patrimoine conséquent est le seul moyen de faire jouer l’effet de levier ». En effet, pour acheter un bien immobilier avec très peu d’apport, la seule solution est le crédit. D’après Maël Bernier, il est désormais facile d’obtenir un financement de 100 % auprès des banques. Pour ce faire, il suffit de mettre de côté la somme nécessaire pour régler les frais de notaire. Toutefois, il faut prendre en compte le montant des travaux, notamment pour les copropriétés. Ainsi, si l’on se lance dans l’achat de plusieurs biens immobiliers à 30 ans, les conséquences peuvent s’avérer lourdes, avec un endettement maximum. Il est primordial d’avoir des liquidités de côté en vue de faire face aux éventuels travaux lourds. Pour ce faire, il est de mise de prévoir une certaine capacité d’endettement. Il faut ainsi privilégier le locatif à une résidence principale affichant un prix conséquent selon Christophe Chaillet.

Il faut renforcer à 40 ans

A 40 ans, il est temps de maximiser sa capacité d’endettement. Renégocier le prêt est toujours envisageable, car avec un budget minimal, les banques peuvent octroyer un prêt de 70 000 € permettant l’achat de SCPI. Attention, il faut assurer la mensualité dans le cas où l’on se trouve face à un locataire qui fait défaut.

La défiscalisation à assurer à 50 ans

A cette période, les impôts augmentent de manière significative. Etre en possession de trop de biens immobiliers, c’est devoir faire face à une fiscalité plus importante, notamment les taxes et les impôts locaux avec des prélèvements sociaux de 15.5 %. Il est donc préférable de penser à des solutions pour une fiscalité allégée en privilégiant la location meublée à un investissement en loi Pinel. En effet, la location meublée permet non seulement de déduire tous les frais des revenus locatifs, mais également d’amortir le bien à environ 70 % de son prix.

Pensez à alléger à 60 ans

Il est conseillé de liquider son immobilier à cet âge et de se concentrer davantage sur l’assurance-vie, notamment pour les personnes qui n’ont pas d’enfants. Cette solution permet d’éviter la lourde taxation du patrimoine imposée en matière de droit de succession. Il est à noter que la transmission des liquidités par l’assurance-vie profite d’une exonération de 152 500 par bénéficiaire.